webleads-tracker

Le petit déjeuner de plus en plus délaissé

enfant, bouder,petit-déjeuner

En 2013, la dernière enquête du CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie) met en évidence une très forte dégradation de la prise quotidienne d’un petit-déjeuner par rapport à 2010.

Chez les enfants :

Cette baisse est plus accentuée chez les enfants. En effet, 29% d’entre eux sautent au moins un petit-déjeuner sur 7 jours, alors qu’ils n’étaient que 11%, dix ans plus tôt.

Chez les adultes :

La proportion d’adultes concernés augmente également.

En 2013, ils sont 21% à sauter au moins une fois par semaine le premier repas de la journée contre 11% en 2003.

Cette baisse traduit un délitement de cette occasion de consommation. Sous l’effet des préférences personnelles et du rythme de chacun, le rituel d’une prise commune en famille s’estompe et le nombre de petits-déjeuners sautés croît.

Le fait de sauter un repas et la simplification des repas conduisent à une baisse de la diversité alimentaire.

Les apports d’un petit-déjeuner complet (produit céréalier, produit laitier, fruit et boissons) ont des conséquences sur l’équilibre alimentaire de la journée.

Pour compenser le besoin en énergie, les portions consommées aux repas suivants sont plus importantes sans pour autant ajouter de nouvelles catégories d’aliments, ce qui pourrait en partie expliquer que les Français n’atteignent pas les recommandations de consommation du PNNS.